Amour
Amour
Espoirs
Combat
Desespoir
Divers
Sans détours
Sans nom
Partenaires
 
Emotions

La petite fille a donné naissance à la Femme,
elle s'est fortifiée au gré de la vie,
caché son âme,
afin de ne pas être meurtrie.

Lorsqu'elle a croisé le chemin de son ange béni,
elle ne connaissait pas l'amour infini,
son coeur propulsé par ses émotions,
se laissait embrasé par la passion.

Du jeu des regards aux mains frôlées,
elle était anesthésiée,
comment avancer vers cet inconnu,
sans se mettre à nue?

L'émotion laissait planer ce doute inévitable,
qui était la question centrale de cette fable.
Avancer vers le champs d'honneur?
Quand sonnera l'heure?

Dévoiler ses craintes et ces désirs?
pour ne plus être martyre!
que l'âme redevienne pure,
pour ne plus subir cette torture.

Ames soeur

Les regards se croisent sans cessent,
sans oser laisser paraître,
les sentiments qui naissent,
sans oser avouer l'envie d'être.

Tu efflores ma peau dans l'intimité,
et pourtant tu refuses de briser notre amitié,
ton esprit se noie dans le néant,
tu refuses de te laisser emporter par le vent.

Et si nous étions âmes soeur?
l'amour est une fleur sauvage,
et il faut avoir le courage,
d'ensorceller ses peurs!

Nous sommes fusionnels comme l'air et la vie,
des âmes soeur,
je ne peux me battre seule contre autrui,
alors, ouvre-moi ton coeur!

Nous sommes deux âmes meurtries par le passé,
la souffrance a été maitresse de tous les maux.
Et si on inversait le courant de l'eau?
et si on laissait la passion guider notre destinée?


Une autre femme

Ton coeur ne m'est plus destiné,
tu as été apprivoisé par cette femme.
Je t'aime plus encore que par le passé,
mais tu es guidé par ton âme.

Le jour où je vous ai vu enlacés,
m'a détruite à jamais,
je ne suis plus que l'ombre de moi-même: une passion désemparée.
Peu importe où je vais...

Malgré la souffrance et la mort qui retentissent secondes après secondes...
Ne reste pas à mes côtés par pitié!
Vole vers elle, ne perds pas une seconde.
La vie est si courte...Aime-la comme je t'ai aimé!

Lorsque mes yeux seront plongés dans le noir,
je veux te voir heureux.
Ne pleure pas! Célèbre notre histoire!
Tel est mon dernier voeux!

Passion charnelle

De nos corps enflammés,
sur une salsa endiablée,
éclatait la sensualité,
et le désir de volupté.

La passion charnelle,
nous transportait dans l'irréel,
là, où l'expression des désirs,
laissait place au jaloux désir.

Le jeu de nos corps enlacés,
ton corps parfumé,
faisaient exploser le paroxysme,
de cet enivrant exotisme.

Aucun interdit au jeu de la passion,
aucune entrave à l'expression corporelle,
nos deux âmes en parfaite fusion,
laissaient jaillir le sensuel.

De ces souvenirs parfumés de sensualité,
mes sens en frémissent encore,
pour l'éternité,
je garderai cette poudre d'or,

Qui dans les moments glacials,
me réchauffe l'esprit, si torturé,
dans cette vie aux couleurs pâles,
je me sens alors ressucitée


Le silence de l'amour

Aveuglée durant des années,
un jour le voile est tombé,
pour me murmurer l'amour,
silence que je m'imposais depuis toujours...

Toi, mon meilleur ami,
qui est devenu l'amant de mes nuits,
mes sentiments ont toujours existés,
mais ils ont été inhibés

Par peur de l'inconnu,
par peur d'être déçue,
le silence de l'amour,
a eclaté au grand jour.

Le silence de l'amour m'a entaillé
le coeur,
à chaque fois je cherchais le bonheur,
alors que tu as toujours été à mes côtés,
l'amitié m'empêchait de casser cette complicité.

Les souvenirs du passé,
me laissent entrevoir une relation ,
le futur guidera nos coeurs chavirés,
pour faire grandir cette passion.

La nuit des temps

Depuis la nuit des temps, elle rêvait,
d'un amour pur et délicat,
pour fuir ce piège de cristal où elle était,
elle ne voulait plus craindre l'amour, et cela...

Personne ne comprenait, la souffrance qu'elle avait tant endurée,
tout au long de ces années,
et pourtant encore elle espérait,

que leur deux coeurs battent à l'unisson;
plongée dans les abîmes de l'enfer, elle pleurait sa passion.
Les larmes qu'elle versait sur sa triste existence,
sur sa malchance.

Comment renaître dans le monde des vivants?
après tant d'amours meurtris,
durant cette maudite vie...
Comment encore espérer cet amant?

Qui ne l'a jamais aimée,
ou qui ne l'a jamais avoué,
par trop grande fierté.
Il ne saura jamais à quel point elle a pu le désirer.

ô combien elle enviait la personne qui partageait sa vie,
savoir qu'elle effleurait ses lèvres,
son coeur était meurtri,
elle attendait la salutaire trève...

si longue à venir, afin de réunifier son âme,
transpercée par trop de lames,
elle s'enfuit dans ce lointain pays,
où les âmes vivent après maintes luttes en paisible harmonie.


S'avouer

Après de longs mois, le coeur de cristal a volé en poussières d'étoiles,
afin que l'amour prisonnier devienne fugitif,
ce sentiment est loin d'être furtif,
se l'avouer et lever le voile.

Se mentir à soi-même entraine la turpitude,
cet amour qui s'est nourri de mon sang,
me tuait depuis trop longtemps,
alors du plus profond de mon âme, je l'ai conduit à la béatitude!

La passion serait reine des enfers,
si nous laissions battre nos coeur à l'unisson.
Alors, je te laisse à l'abandon,
malgré les vagues déferlantes de la mer.

J'aimerai prendre le risque de t'aimer librement,
j'aimerai te désirer passionnément,
j'aimerai redessiner le puzzle du passé,
afin que nous soit accordé
l'amour par la destinée...

Pour l'instant, tu ne peux m'offrir qu'une fleur non éclose,
alors même si j'ose...
t'avouer que je t'aime tendrement,
pour le moment la passion ne peut poursuivre son cheminement.

S'il m'était permis

S'il m'était permis de t'aimer,
s'il m'était permis d'avouer,
les profonds sentiments que je ressens,
qui n'ont pu être parsemés par le vent,

Je ferai de cette terre,
une douce réalité,
sans préjugés,
pour briser ce monde de pierres.

Je suis prisonnière de l'interdit,
et ces autres, qui décident de ma vie,
n'ont absolument rien compris,
ils t'ont jugé sans merci.

Je sais quel homme merveilleux tu es,
je veux briser ces chaines,
parce que tu es l'amour que j'attendais.
Je ressens pour eux tellement de haine.

Je n'ai pas peur de livrer bataille,
à ces autres qui nous assaillent,
je n'ai pas peur de tout quitter,
pour enfin vivre et t'aimer.

S'il m'était permis de ne plus me cacher,
je viendrai à toi,
s'il m'était permis de t'aimer,
je hurlerai mon amour pour toi.

Trop de préjugés peuvent tout briser, alors battez vous en ce que vous croyez,ce ne sont pas les autres qui vivront pour vous

magdanella
11/10/05