Sans détours
Amour
Espoirs
Combat
Desespoir
Divers
Sans détours
Sans nom
Partenaires
 
A coeur fermé

Un jour la vie s'est dérobée sous tes pieds,
alors tu n'as plus rien contrôlé,
trop de fois tu as pleuré,
alors cette fois cela va changer.


Ton coeur s'était refermé,
comme la rose apeurée,
tu as laissé éclore cette fleur,
qui t'as empoisonné le coeur.

Ame avertie,
des aléas de la vie,
une nouvelle fois tu as voulu aimer,
l'épée s'est retournée contre le bouclier.

Aujourd'hui ton coeur est pierre,
synonyme de noireur,
et aveuglé par la rancoeur,
plus jamais tu ne parleras d'hier...

Ce coeur maintes fois brisé,
demandait d'être aimé,
et non manipulé,
par ce jeu démesuré.

Plus jamais tu ne voudras t'abandonner,
dans les bras d'un inconnu,
trop trompée,
tu as fini par être vaincue

Même la force qui est en toi,
s'est entaillée les veines,
à cause de cette maudite peine,
tu ne diras plus "il était une fois",

car ce monde de l'amour,
existera sans toi,
tu ne t'en approcheras plus cette fois,
et cela pour toujours.

A coeur fermé,
tu vivras cette vie,
pour ne plus être foudroyée,
pour ne plus être trahie.

Le cri du coeur

Tous ces émois,
gelés par le froid,
toute cette glace,
que rien n'efface...

c'est ce cri du coeur,
qui t'a poussé,
à t'évader,
de cette prison où l'on meurt.

Longtemps tu as vaincu,
le diable de tous les maux,
et un jour tu as su,
que ton courage se noierait dans l'eau.

Ce cri du coeur est resté sourd,
il est devenu strident et court,
la force a rejoint le faible sans raison,
ou à cause de cette inavouable déraison?

Dans ta vie, tu as péri,
pour mieux vivre, faut-il s'engouffrer?
dans les limbes du paradis maudit?
ou faut-il tout étouffer?

Ces appels du coeur,
jadis, tu les a formulé,
pour tuer l'adversité,
sans réponses, pendant des heures...

Tu n'avais plus l'espérance,
de continuer à balbutier,
ni à attendre la tempérence,
qui ne faisait que de reculer.

C'est le cri du coeur,
qui se meurt,
dans la tombe dorée,
qui te tient menoté.



De tes larmes

La soufrance a provoqué la chute,
de cet aigle royal niché sur sa bute,
qui observait le monde d'un regard attendri,
toujours la tête en direction de l'infini,

de tes larmes,
j'ai enfin compris,
combien tu m'aimais et ce, sans répis,
je n'avais pas perçu le charme.

Je vivais dans cette utopie,
qui était ma vie,
et tous ses signaux silencieux,
qui correspondaient à cet aveu.

Sur tes lèvres je ne lisais pas,
tout ce mal que je te faisais,
et tes larmes, que je ne voyais pas,
encore plus intenses, de ce que j'imaginais.

Tu voulais être ce visage connu,
parmi tous ces inconnus,
tu voulais être celle que j'aimerai,
et aujourd'hui c'est ce que tu es...

à mes yeux,
toute cette attente que tu as subi,
en raison de mes peurs averties,
et maintenant je suis heureux...

de te dire que tu es mon adorée,
ma promise,ma bien-aimée,
mais comment apaiser,
ce coeur incendié?

La blessure du temps

Et ce temps qui passe,
qui fracasse,
ce coeur amoureux,
contre ce rocher tortueux,

C'est la blessure du temps,
que rien ne soigne,
pas même cette main de poigne,
qui t'as protégé si souvent.

C'est l'attente qui te décime,
silencieusement, tu attends,
aucun signaux, aucun changement,
plus aucune rime...

C'est le ying et le yang depuis toujours,
et cet amour,
qui fait exploser ton coeur,
insupportable douleur.

On dit que le temps apaise les blessures,
pour moi, le temps ne fait que raviver l'impur,
c'est la chaine infinie,
sans aucune glorieuse sortie.

C'est la blessure du temps,
qui te noie dans ses sables mouvants,
et cette meurtrière indécision,
ne fait que consumer ta passion.

Parler à coeur ouvert?
pour respirer une autre aire?
ou alors se taire comme avant,
triste désenchantement.

C'est la blessure des non-dit,
qui t'emmène vers ce paradis maudit,
c'est le temps assassin,
qui t'abanbonne sur le chemin.


De moi à Toi

Moi qui avait renoncé à l'amour, un jour la vie m'a fait croisé ton chemin. Jamais je n'aurais imaginé pouvoir aimer comme je t'aime. C 'est l'amour mature, ce sentiment enivrant, ce bien-être de mon coeur, j'ai combattu cet amour, j'ai réfusé l'évidence par peur encore une fois de souffrir. Même si aujourd'hui je me l'avoue, à toi je n'arrive pas à le dire. Si seulement, j'avais ce courage...
De moi à toi, c'est la plus belle histoire de mes 20 ans, celle qui m'a fait renaître de mes cendres. Toutes les nuits,je rêve que tu m'embrasse fougueusement, passionnement, amoureusement...Mon coeur est épris de toi, chaque seconde sans toi est un supplice, une torture. Si je ne peux être avec toi, alors je resterai seule car je n'aime qu'un seul homme et c'est toi. Toi que j'attendais depuis la nuit des temps.
De moi à toi, tu seras toujours dans mon coeur qui bat pour toi depuis près d'un an. Te quiero.

La rose symbole de l' amour éternel
Dans tes yeux

L'amour qui brûle dans tes yeux,
révèle le feu,
ton regard est incendié,
par cet amour passionné.

Chaque parcelle de ton corps,
est imbibée d'une perle d'or,
qui a fleuri,
malgré les intempéries.

L'amour que tu lui voues,
est plus puissant que tout,
chaque seconde sans lui,
est un supplice infini.

cette fleur qui a éclos dans ton coeur,
te conduit aux portes du bonheur.
L'amour que je lis dans tes yeux,
est révélateur de l'aveu.

Il est ta vie et ton sang,
le bel amour de tes vingt ans,
garde dans tes yeux,
cet amour chaleureux.


Une femme amoureuse

Je suis la petite fille qui pleure,
qui murmure sa douleur,
je suis l'adolescente,
que l'amour hante.

Je suis la femme amoureuse,
loin d'être heureuse,
je suis cette femme apeurée,
parce qu'à nouveau, j'ai aimé.

Les couleurs de l'amour m'ont touchée,
tel ce doux baiser rêvé,
je t'aime passionnement,
je suis pourtant prisonnière de ces tourments.

Mettre mon âme à nue,
tel est le défi voulu,
dès la première seconde, je t'ai aimé,
aujourd'hui, ce secret est trop lourd à porter.

Je n'ai trouvé que la poésie,
comme ami,
pour t'avouer,
tout l'amour éprouvé.

Poème dédié à Jules...

Pêché d'amour

Ma vie, je l'ai voué à Dieu,
j'étais si pieux.
Je ne connaissais que cet amour,
jusqu'au jour...

où j'ai croisé ton regard,
je savais qu'il était déjà trop tard,
je fus touché par ton coeur,
qui m'apportait tellement de bonheur.

Je n'ai pu résister à l'appel de ton amour,
rompant mon serment de chasteté,
trahissant ma paroisse bien-aimée,
je suis devenue le vautour.

C'est le pêché d'amour que j'ai assumé,
prisonnier de deux amours adorés,
j'étais tiraillé,
vers toi, je me suis envolé.

Le fruit de notre amour interdit est né,
j'ai renoncé au Vatican,
pour élever notre fils adoré,
j'ai écouté le chant...

Cette douce mélodie qui m'a murmuré,
de ne pas renoncer à t'aimer.
De rompre mes voeux de Prêtre,
pour écouter l'être...

qui sommeillait en moi,
je suis toujours homme de foi,
qui a bravé les interdits,
pour vivre cet amour infini.

Poème inspiré du téléfilm " Pêché d'amour".

magdanella
11/10/05